Le métier :

Le graveur en modelé conçoit et réalise des :
- poinçons et des matrices, pour l’édition de médailles, de bijoux ...
- matrices pour l’impression de gaufrage du papier, du cuir ...
- moules pour l’injection des plastiques et des métaux.

Il permet la fabrication d’objets usuels ou ornementaux, contemporains et/ou de style. Ces objets appartiennent à des domaines très divers des :
- monnaies ou médailles.
- pièces d’orfèvrerie, de joaillerie ou de bijouterie.
- objets touchant le design avec des matériaux de synthèse.

La fabrication ou l’édition issue du graveur peut relever du domaine de la production industrielle de grande série mais également du secteur des Métiers d’Art et de l’artisanat de luxe.

La formation :

La formation du C.A.P. de graveur en modelé est axée d’une part sur la maîtrise des gestes manuels :
la "taille directe" ; la ciselure, et d’autre part sur la gravure aidée de la machine : pantographe,commande numérique.
Les techniques appliquées à la gravure sont exécutées sur le métal, l’acier en général ou le laiton, à l’envers et en creux, ou en relief.
Les élèves travailleront aussi le modelage et le moulage plâtre et résine. Ils aborderont les techniques de "rendu".
En parallèle à cette formation manuelle, les élèves évolueront sur des logiciels de gravure afin de travailler avec l’univers du numérique (dessin et parcours d’outil sur ordinateur, palpage, restitution par commande numérique, visualisation de la pièce finie ...).

Ces techniques exigent de la minutie, un geste précis et surtout une bonne aptitude au dessin ainsi qu’un sens aigu du volume et de la composition.
Une bonne pratique du modelage en "bas-relief" et une solide formation artistique sont nécessaire.

Formation 2 ans.
Accessible sur dossier après la 3ème, 3ème technologique.

Les débouchés offerts par cette formation sont variés.
Le graveur d’art touche plusieurs domaines : la bijouterie, l’orfèvrerie, la frappe de médailles, le poinçonnage, le moulage ...
Le développement de l’usage de nouveaux matériaux (produits de synthèse, alliages métalliques); l’introduction de technologies nouvelles (électroérosion, machines à commandes numériques, moulage par compression ou injection) ont fait considérablement évoluer ce métier.